Le choix des menuiseries extérieures est intimement lié à la localisation du logement

23.08.2021

Le choix des menuiseries extérieures en termes de performance de l’isolation thermique et acoustique dépend en grande partie de l’emplacement géographique et des conditions climatiques de l’endroit où se trouve le logement à équiper.

Les critères liés au climat et à l’emplacement géographique

Avant d’effectuer le choix de la menuiserie extérieure, il y a trois critères liés au climat et à l’emplacement géographique à prendre en considération.

Tout d’abord, il faut savoir que la France est partagée en deux zones climatiques :

  • La zone B qui inclut le littoral de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, la vallée du Rhône et les endroits dont l’altitude est supérieure a 1 000 m ;
  • La zone A qui correspond aux autres zones géographiques françaises qui ne sont pas incluses dans la zone B.

En deuxième lieu, il convient de prendre en compte les vents dominants en Zone A ou B, en bord de mer, en rase campagne, etc.

Et enfin, les conditions thermiques et le chauffage ainsi que les conditions acoustiques liées à l'environnement vont également influer sur le choix des menuiseries extérieures.

Ainsi, les critères d'étanchéité, d'isolation thermique et acoustique vont in fine permettre de s'orienter vers des menuiseries extérieures appropriées.

Les critères d'étanchéité

Ce sont les performances mécaniques de l'ouvrant et du dormant qui vont déterminer l'étanchéité d'une fenêtre. Le Centre Technique du Bois et de l'Ameublement (CTBA) a établi le classement AEV (air, eau, vent) qui caractérise les performances de chaque produit.

L'isolation est proportionnelle à l'indice AEV (plus il est élevé, meilleure est l’isolation) :

  • A : indice de perméabilité à l'air allant de 1 (faible) à 4 (très bon) ;
  • E : indice d'étanchéité à l'eau classé de 1 (très faible) à 9 (très bon) avec deux classes A (non protégée par un tableau) et B (protégée par un tableau);
  • V : indice de résistance à la pression du vent allant de 1 (faible) à 5 (forte), avec une classe allant de A à C pour la déformation (C étant la moins déformable).

Les critères d'isolation thermique et acoustique

C’est l'épaisseur de la lame d'air entre les deux parois de verre du double vitrage mais aussi la construction, la surface et les matériaux utilisés qui déterminent l'isolation thermique d’une fenêtre. Cela doit être fait pour chaque type de fenêtre.

La règle générale veut que plus la lame d’air est importante, plus le vitrage est isolant. Le double vitrage avec une lame d’air permet de réaliser 30 % d'économie par rapport au simple vitrage. Et le double vitrage avec une lame de gaz argon de faible émissivité génère 20 % d'économie par rapport au double vitrage avec une lame d’air.

L'isolation thermique des fenêtres est notée de 5 (moins performant) à 11 (plus performant). Le degré d'isolation acoustique est notamment défini par l'épaisseur des vitrages et de la lame d’air. Ainsi, les épaisseurs du verre extérieur, de la lame d'air et du verre intérieur sont données en millimètres.

Il existe quatre classes d'affaiblissement sonore selon le règlement ACOTHERM. Chaque classe dépend du niveau d’affaiblissement acoustique (R) noté en décibels (dB) pour le bruit route (bruit provenant de l’extérieur – typiquement de la circulation) :

  • AC1 : R > 28 dB
  • AC2 : R > 33 dB
  • AC3 : R > 36 dB
  • AC4 : R > 40 dB

Une atténuation de 3 dB correspond à une réduction par deux de la sensation de bruit.